Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Examens d'État au Sud Kivu: session 1991: éléments pour une analyse
Author:Cnockaert, A.
Year:1992
Periodical:Zaïre-Afrique: économie, culture, vie sociale
Volume:32
Issue:266
Period:juin-juillet-août
Pages:363-375
Language:French
Notes:biblio. refs.
Geographic terms:Congo (Democratic Republic of)
Central Africa
Subjects:academic achievement
examinations
education
Sud-Kivu (Zaire)
Abstract:Cette analyse porte sur les résultats des examens d'État de 1991 des sections littéraire, scientifique (options math-physique et bio-chimie) et pédagogique de l'enseignement au Sud Kivu (Zaïre). L'inscription dans une Faculté universitaire exige une réussite d'au moins 60 pour cent. Celle dans une École supérieure exige une base suffisante attestée par au moins 55 pour cent des points. Les 20,8 pour cent d'échecs dans la section littéraire contrastent avec la moyenne de 35 pour cent d'échecs dans les autres sections/options. C'est aussi la section qui compte proportionnellement le plus grand nombre de diplômés au-dessus de 55 pour cent. Dans l'option mathématique-physique de la section scientifique, 67,1 pour cent du total des inscrits (809) ont été diplômés. Mais, de toutes ces 'réussites', 127 seulement ont obtenu le diplôme avec un pourcentage de 55 pour cent et plus. Cinq écoles seulement sur trente échappent à cette règle de la médiocrité générale. Dans l'option biologie-chimie on compte 360 diplômés sur les 542 candidats. 56 candidats ont obtenu entre 55/59 pour cent. Dans la section pédagogique il y a eu 34,8 pour cent d'échecs. Sur les 2381 diplômés, 477 (13,06 pour cent) le sont avec tout juste 50 pour cent et 41.1 pour cent se situent entre 51/54 pour cent. La médiocrité générale des résultats de nombre d'écoles est due au fait que les professeurs des classes terminales travaillent avec une masse de jeunes gens à qui manque toute formation de base sérieuse. Notes.
Views