Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Choses vues et considérations sur le secteur informel
Author:Toumi, MohsenISNI
Year:2000
Periodical:Marchés tropicaux et méditerranéens
Volume:55
Issue:2858
Pages:1610-1614
Language:French
Geographic terms:French-speaking Africa
Subsaharan Africa
Subjects:informal sector
marketplaces
Abstract:Dans le milieu des années 1980, le secteur informel prend de l'ampleur en Afrique. Les 15 dernières années, la plupart des pays du continent, principalement ceux placés sous ajustement structurel, lui doivent leur survie: l'informel résout l'absence de création de richesses et pallie le manque d'emploi quand par ailleurs on restructure à tous va des pans entiers de l'administration des services publics ou des sociétés nationales qui se privatisent. Le secteur informel prend un essor tel qu'il en vient à se diversifier en se hiérarchisant. En définitive, on arrive à pouvoir tout se procurer sur le marché informel. L'auteur passe en revue quelques-uns des marchés informels les plus importants en Afrique francophone: le marché près de Cabinda au Congo (Brazzaville), le marché de Dantokpa au sud-ouest de Cotonou (Bénin), le 'Kilomètre 5' à quelques kilomètres de Bangui (République centrafricaine), le marché de Sandaga à Dakar (Sénégal), et le marché de Sekansé sur la frontière du Togo et du Burkina Faso. La capitalisation générée par le secteur informel n'est pas comprise dans le PIB (Produit intérieur brut). Il s'avère difficile de réajuster le calcul du PIB officiel. Des experts de terrain ont toutefois fait des estimations en calculant le rapport entre le PIB et le PSI (Produit du secteur informel). Les chiffres sont les suivants: le rapport PSI/PIB: 50/60 pour cent au Bénin, 30/35 pour cent au Congo, 35/40 pour cent au Sénégal et au Togo, 40/45 pour cent en République centrafricaine, 25/30 pour cent au Burkina Faso. Pour avoir une image plus nette de la situation économique d'un pays, il convient d'élaborer des instruments d'évaluation permettant de faire des calculs encore plus précis.
Views

Cover