Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Arts de feyre au Cameroun
Author:Malaquais, DominiqueISNI
Year:2001
Periodical:Politique africaine
Issue:82
Pages:101-118
Language:French
Geographic term:Cameroon
Subjects:social classes
wealth
fraud
External link:https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=POLAF_082_0101
Abstract:Au Cameroun, dans les années 1990, sont apparues de nouvelles figures de la réussite au statut ambivalent: les 'feymen'. Ces nouveaux riches, qui ont bâti leur fortune sur l'escroquerie, l'arnaque et l'exploitation des ressources de l'extraversion, ne suscitent pas simplement l'envie des jeunes 'conjoncturés' de Douala victimes de la désintégration économique. Ils ont donné naissance à un véritable phénomène de société, la 'feymania', qui témoigne de l'inflexion des itinéraires classiques d'accumulation dans un contexte de criminalisation de l'État. Véritable phénomène de société, la 'feymania' est liée à toute une série de forces: espoirs et déboires nés d'un mouvement pour la démocratie aujourd'hui en faillite, d'une économie formelle longtemps au point mort, informalisation des marchés et des modes de financement, crises intra- et interethniques, exode rural et urbanisation sauvage, ajustement structurel, globalisation, etc. La feymania, par ses structures, ses techniques, ses images de marque, les styles de vie et de consommation de ses adeptes, est à la fois le reflet et le moteur de mutations sociales dont la fluidité et les contradictions internes sont les caractéristiques premières. Certains feymen ont pu être des outils de répression dans les mains du pouvoir. Il faut aussi noter une ambivalence qui trouve son expression la plus éloquente dans ce que l'on dit des relations des feymen avec l'occulte et la sorcellerie. Aujourd'hui, l'État semble reprendre le dessus, les feymen se font plus discrets, mais la feymania reste novatrice et est, à sa manière, un vecteur de mondialisation. Notes, réf., rés. en français et en anglais (p. 215).
Views

Cover