Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Déplacés, insertion urbaine et modes de mobilisation: l'exemple de Monrovia en guerre
Author:Pérouse de Montclos, Marc-AntoineISNI
Year:2001
Periodical:Canadian Journal of African Studies
Volume:35
Issue:3
Pages:518-544
Language:French
Geographic term:Liberia
Subjects:civil wars
refugees
displaced persons
urbanization
External link:https://www.jstor.org/stable/486298
Abstract:La guerre au Libéria a provoqué deux types de mobilisations de populations: l'un, centrifuge, a projeté près d'un million de personnes dans les pays voisins; l'autre, centripète, a fait converger les populations de l'arrière-pays vers les villes de la côte, essentiellement Monrovia. Le déplacement forcé des populations à l'intérieur du Libéria est surtout remarquable du fait de l'explosion démographique de la capitale et de la relativement bonne insertion des migrants en ville. Aujourd'hui, la capitale compterait près d'un million d'habitants, contre 421 058 au recensement de 1984. L'arrivée massive de déplacés n'a pas provoqué l'explosion sociale qu'on aurait pu attendre. Le ressentiment s'est focalisé sur les exactions des seigneurs de guerre tandis que le peuplement de la ville, bouleversé par les événements, était déjà trop cosmopolite pour créer des tensions avec les minorités autochtones. Les déplacés ne pouvant plus retourner dans leur village, on assiste par la force des choses à un début d'enracinement urbain. Ceci va de pair avec une mobilisation grandissante: les habitants de Monrovia s'organisent en comités de quartiers pour assurer la distribution de l'aide humanitaire; des quelque 300 ONG recensées localement, plus d'une centaine sont créées pendant la guerre. Quant à la mobilisation politique, les manifestations de décembre 1994 et janvier 1995 à Monrovia ont impliqué nombre de déplacés, ceux-ci constituant près des deux tiers de la ville. Ces manifestations ont signalé que la voix des déplacés portait mieux en ville qu'à la campagne. Cette étude est le résultat de deux séhours à Monrovia en 1991 et 1995. Bibliogr., notes, rés. en anglais.
Views

Cover