Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Les folles sans folie dans les chants de 'mampa'
Author:Fonkou, GabrielISNI
Year:2002
Periodical:Éthiopiques: revue socialiste de culture négro-africaine (ISSN 0850-2005)
Issue:68
Pages:17-34
Language:French
Geographic term:Cameroon
Subjects:Ngemba
mourning
women
songs
Abstract:Au Cameroun, la disparition d'une personne déclenche une folie apparante dans les manifestations du deuil qui n'est pas sans s'apparenter à la folie proprement dit. Cet article traite d'une folie manifestée par un groupe particulier de femmes, le 'mámpá', à l'occasion des deuils de personnalités particulières, dans le milieu ñgâmba (ngemba). Ces femmes à la mise extravagante, apparaissent, sur la place du marché, tout le temps que dure le deuil d'un chef ou d'une reine. Leur comportement est excentrique, clownesque. Elles exécutent leurs propres chansons et leurs propres danses en y mettant le plus de drôleries possibles. Elles sont 'folles', mais de cette folie collective qui est paradoxale parce que délibérée. Entre 1989 et 1993, l'auteur a réalisé des enregistrements et des enquêtes dans l'arrondissement de Bamougoum (département de la Mifi) et au village de Bamendjou (département des Hauts Plateaux). Il s'agit des femmes mariées dans le village sans en être natives. À l'origine, c'étaient des esclaves ou des trophées de guerre. L'excentricité du groupe 'mámpá' serait avant tout symbolique, la symbolique de la condition d'esclave coupé de ses origines. L'excentricité du groupe est un jeu qui rapporte, puisque les femmes-'mámpá' reçoivent des chefs du plantain, des tines d'huile de palme, de l'argent. L'auteur présente le texte de cinq chants 'mámpá' différents et en dégage trois principaux aspects socio-thématiques: le sort de la femme 'mámpá', la danse 'mámpá' comme signe de dérèglement social, la valeur sociale du sexe de la femme. Il en examine aussi les aspects esthétiques. Le discours du chant 'mámbá' est fou, mais en même temps tranparaissent une rationalité et une pertinence qui ramènent la folie à sa juste dimension de couverture, de masque, de prétexte à catharsis. Bibliogr., notes. [Résumé ASC Leiden]
Views