Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Côte d'Ivoire: quatre consultations pour une transition (décembre 1999-mars 2001)
Author:Bouquet, ChristianISNI
Year:2002
Periodical:L'Afrique politique
Pages:313-342
Language:French
Geographic term:Ivory Coast - Côte d'Ivoire
Subjects:elections
political parties
Abstract:Cet article sur les turbulences qui ont suivi le putsch inattendu de décembre 1999 résulte d'une analyse effectuée avant les événements de septembre et octobre 2002 en Côte d'Ivoire. Les tendances qui se sont confirmées déterminantes dans le développement de ces événements sont soulignées dans la conclusion de cet article de façon prémonitoire. Appelés à se rendre quatre fois aux urnes, les électeurs n'ont réellement pu exprimer leur volonté quà l'occasion des élections municipales de mars 2001. En effet, le référendum de juillet 2000 sur la Constitution n'était qu'un marché de dupes, l'élection présidentielle d'octobre 2000 résultait d'un processus d'éliminations préventives, et les élections législatives de décembre 2000 et janvier 2001 ne concernaient que deux des trois grands partis composant habituellement l'échiquier ivoirien. S'adressant à 60 pour cent du corps électoral, les élections municipales apparaissent comme significatives, même si elles touchent davantage des populations urbanisées. Or le FPI (Front populaire ivoirien), parti du président Gbagbo, y a été largement battu, à la fois par son pire rival le RDR (Rassemblement des républicains), mais aussi par le vieux parti PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire) qui a montré, à cette occasion, qu'il serait redevenu majoritaire s'il ne s'était pas déchiré sur le thème de la courtisanerie chronique. S'il n'est pas vraiment illégitime, le nouveau pouvoir est fortement minoritaire dans l'opinion, et comme la nouvelle Constitution ne prévoit pas la dissolution de l'Assemblée nationale, le pays n'est plus en mesure de régler démocratiquement la moindre crise politique. Pourra-t-il tenir ainsi jusqu'en octobre 2005, se demande l'auteur. Notes, réf., rés. en français et en anglais (p. 17). [Résumé extrait de la revue, adapté]
Views

Cover