Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article
Title:L'echec de l'action policiere anti-kuluna et la tentative d'une nouvelle approche eradicatrice en Republique Democratique du Congo
Author:Milolo Nsenda, Martin
Year:2020
Periodical:KAS African Law Study Library (ISSN 2363-6262)
Volume:7
Issue:2
Pages:319-330
Language:French
Geographic term:Congo (Democratic Republic of)
Subject:law
Link:https://www.nomos-elibrary.de/index.php?doi=10.5771/2363-6262-2020-2-319
Abstract:La police nationale congolaise (pnc) a reçus la mission de sécurisation des personnes et de leurs biens en plus du maintien et/ou rétablissement de l'ordre public en république démocratique du congo à l'instar des forces armées de la république qui s'occupe de la défense et de l'intégrité du territoire nationale contre les agressions externes et les rebellions internes. cependant la pnc fait face aux situations inédites et complexes dans la réalisation de sa mission qui lui impose une adaptation ; il s'agit notamment du banditisme urbains mieux connus sous l'appellation 'phénomène kuluna'. les kulunas sont les criminels majoritairement jeunes qui se trouvent dans les villes congolaises et opèrent le jour comme la nuit en extorquant l'argent et autres bien de valeurs de la populaire. pour faire à cette insécurité urbaine, le gouvernement a décrété plusieurs opérations exécutées par la police nationale, notamment 'likofi' et 'ingeta' pour éradiquer le phénomène kuluna en rdc. toutes les opérations et initiatives se sont soldées par un échec du fait notamment du manque des matériels de travails nécessaires et d'un mauvais traitement des policiers constituant ainsi la cause de la démobilisation policière. face à cet échec, la présente étude propose une autre stratégie qui consiste à résoudre les causes de la délinquance des kulunas notamment la formation aux métiers et l'enrôlement dans les ateliers afin de briser leur précarité financière qui est la première cause ce phénomène.
Views

Cover